Samedi 17 mars 1917

Au soir dans la tente, au bord du lac, dans la baie de VUA. Partis dans la matinée hier (DHANIS archicomble) nous sommes arrivés dans la matinée aujourd’hui; lac assez agité la nuit; le jour, défilé ininterrompu de ses bords abruptes et sauvages, incultes et déserts.

BAGDAD est pris par les Anglais. Voilà une belle plume à leur chapeau, a M.M. les Anglais. Ici on ne peut s’empêcher d’être décontenancés par leur outrecuidance. Ayant refusé notre concours pour occuper plus facilement TABORA, ils reviennent à la rescousse…   On  m’assure  de  bonne  source qu’ils auraient eu le toupet de demander nos troupes noires, mais sans cadres européen?!! Quelle mentalité!

Jeudi 15 mars 1917

Nous nous embarquons ce soir pour… VUA!!(??) Absolument!

Ca où le Japon qu’importe en ces moments!

Le colonel H… remplaçant le général T. est revenu de KIGOMA aujourd’hui: WINTGENS(?) menace la RHODESIE et le KATANGA… Toute l’évacuation est suspendue: le V + détachement de LULUA (641 hommes) va à KITOPE (prendre de flanc toute colonne marchant sur Rhodésie.); le VI irait à BISMARCKBURG et prendrait à revers. Le I, en route sur ELISABETHVILLE est arrêté. Dr. STOUFFS prend H(ôpital?) V.(olant?); je deviens médecin du bataillon.

Après-midi: Nous ne partons que demain matin. Le Dr RODHAIN a eu le temps de réunir les éléments d’un H.V.

Fig 68. Le personnel de l’hôpital ds noirs à Kigoma.
Fig 68. Le personnel de l’hôpital ds noirs à Kigoma.

Lundi 12 mars 1917

Si je ne suis pas resté attaché à un détachement du V, c’est question de « service » me dit Dr. RODHAIN. STANLEYVILLE demande d’urgence un médecin; ce ne peut être un auxiliaire. Et voilà! N’empêche qu’on en demande un au KATANGA maintenant. Le Dr RODHAIN demande au gouvernement si je puis convenir; je deviendrai disponible à SANDOA.

A ma demande de rentrer en Europe, il répond qu’il ne peut en être question; les jeunes doivent assurer le roulement pendant le congé des anciens qui ne seront pas revenus avant 6 mois.

D’ailleurs quand il y a des ordres il faut obéir, dit-il; et puis si chacun fait ce que vous avez fait, “tout sera pour le mieux ». S’imagine-t-il peut être que ce sont là les prétextes et excuses qu’attend mon amour propre?..

Dimanche 11 mars 1917

Nous avons débarqué à ALBERTVILLE ce matin à 5 h. Adieu A.O.A!(Afrique occupée Allemande?)

Partis hier soir vers 9 h. du soir, nous avons fait par un beau clair de lune une traversée délicieuse.

Incident malheureux à l’embarquement: une barque chargée de soldats a fait demi-tour: onze noyées. Manifestations de deuil bruyantes.

Vu au quai Dr RODHAIN(?), médecin en chef des Tr.(troupes?), il dit avoir à me parler. De quoi! Nous verrons bien demain!